#9 Finalement

Je glisse mon menton dans sa nuque où je respire un doux parfum qui me procure une sensation de bien-être. Je dirige ma bouche vers ses lèvres délicates et paisibles, j’y dépose un léger baiser. Puis un autre sur son nez, un sur chacune de ses paupières, quelques-uns sur son front puis, je redescends le long de sa joue. Ce qui me ramène au point de départ. J’emprisonne doucement sa bouche entre mes lèvres. Hum… Je me redresse pour contempler ce visage figé au rythme de sa respiration. Je remets en place une mèche qui s’est perdue sur sa joue. Je remonte le drap sur ses épaules. Je reste un instant à l’admirer. C’est comme si je la redécouvrais à nouveau. Ce moment-là, je l’ai tant espéré pendant ces derniers mois. Et maintenant que j’ai enfin tourné la page, elle est là, dans mon lit. Dans ce lit où un jour c’était le nôtre. On était censé le gardé pour toujours juste à nous. Un jour elle est partie et ce lit est devenu froid comme une tombe. Mes larmes se sont déversées dessus comme une tempête qui ne cesse jamais. Ma rage s’est aussi acharnée dessus avec des pourquoi. Pendant à peu près une semaine, je me suis enfermée dans cette chambre. J’étais remplie de désespoir, ma vie n’avait plus aucun sens, ce lit glacé me ramenait à la réalité qui ne faisait plus de sens. Jusqu’au jour où je me suis levée. Tout été flou. Je me suis acharnée une dernière fois sur tout ce qu’elle avait laissé. Puis j’ai tout effacé. De son numéro, au ticket de cinéma souvenir, j’ai brulé ses photos. Je voulais faire en sorte qu’elle n’avait jamais existé. Ça m’a fait du bien au début. Mais malheureusement les souvenirs restent. Quand j’entends une musique, que je me retrouve dans un endroit. Tout ça n’avait plus de sens. Ma vie n’avait plus aucun sens. Je pensais qu’à une seule chose qu’elle revienne.  Je suis en fin sortie de mon trou noir, je me suis mise à me griffer lorsque je pensais à elle, à fuir à la moindre musique, à faire demi-tour devant le moindre coin de rue où il y avait encore un peu d’elle ou de nous. J’ai commencé à boire, à fumer plus. Comme une manière de se sentir libre, de se sentir vivante. De faire ce que je veux, sans qu’on me critique. Au final, ce lit n’est plus resté froid. Il a été réchauffé par des femmes, qui ont plus ou moins marquées ma mémoire. Jusqu’au jour où c’est celle de trop qui est arrivée. La libido j’en avais plus. Je les touchais sans qu’elle pose la main sur moi. Je me sentais trop mal de les faire venir sans rien leur donner pour au moins les remercier d’être belles. J’étais juste vide. Mon sourire je l’avais perdue, jusqu’au jour où c’était trop. Où je me suis retrouvée devant le miroir et que je ne me suis pas reconnue. Alors j’ai décidé de me remettre au sport, de faire des sorties où il n’y a pas d’alcool pour remplir mon vide. Mais elle me hantait encore. Il fallait que je rencontre une fille. Plus exactement « La fille ». J’en ai rencontré une. Qui est resté dans mon lit plus d’une nuit. On n’est pas ensemble, on se voit juste, genre on est « en fréquentation », apparemment « non exclusive », oui, c’est une québécoise. Bref, ça me va, elle me va bien. Je ne pensais plus à celle qui est dans mon lit présentement. Jusqu’à son message d’hier. Gabrielle ouvre les yeux. Elle sourit et gémit en douceur. Elle me prend par la nuque et m’entraîne dans ses bras. Je me retrouve au-dessus d’elle. On s’embrasse. Puis tout se mélange et devient incontrôlable en moi. Je la caresse, elle frémit, elle en veut plus. Je lui donne tout, une dernière fois. On s’éternise dans l’une et dans l’autre, elle crie en douceur de plaisir. Elle me regarde avec son sourire en coin, celui où juste sa fossette droite se dessine et qui dit : « À toi. »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s